ATELIERS / PARTICIPANTS
WORKSHOP
RESTITUTION DU WORKSHOP
CARTES ACTIVES
DOCUMENTS / RESSOURCES
HOME
ATELIERS / PARTICIPANTS
SCIENCE
HÉLÈNE DOUENCE
PROJET NBORDER
Proposition et appel à collaboration au projet NBORDER pour une expérience de « CARTE POSTALE SONORE »
Coopération ESAC / La Centrifugeuse / UPPA


PROFIL & BIOGRAPHIE SIMPLIFIÉE

Maître de conférences en Géographie à l’UPPA, chercheur au laboratoire SET (Société Environnement Territoire). Mes travaux de recherche s’intéressent aux processus de constructions territoriales et aux recompositions des relations villes –campagnes, notamment par le biais du rapport au paysage. Le paysage est entendu comme un objet de médiation entre l’expérience individuelle d’être au monde et une construction collective qui fait société.

Participation au projet NBORDER
- Sous condition d’établir un partenariat avec un enseignant de l’ESAC ou tout autre personne intéressée, qui maîtrise notamment l’approche audio-visuelle et multimédia.
- Présence sur site = 3 ou 4 jours.


NOTE D’INTENTION

Cette proposition est plutôt un appel à partenariat pour une mise en œuvre de ce projet. Celui-ci est donc encore ouvert, à construire….
L’envie de départ : une expérimentation à la croisée entre la recherche en sciences sociales et le monde artistique, avec notamment une convergence artiste/chercheur autour de l’expérience paysagère.

• Une réflexion théorique sur le paysage
L’intérêt actuel de nos sociétés pour le paysage, et les politiques publiques l’attestent (cf Convention Européenne du Paysage, 2000), se traduit par une mise intentionnelle en paysage, ce qui amène certains auteurs à développer l’idée d’une société du paysagement.
Mon intérêt de recherche dans ce projet, porte sur la notion de paysage sous ces diverses facettes : de l’expérience sensible (et individuelle) à la fabrication d’un paysage collectif (identité territoriale, patrimonialisation, valorisation touristique, politiques publiques,….).

• Une réflexion méthodologique : le son et l’image pour aborder le paysage
Un autre intérêt dans ma démarche de géographe est d’ordre méthodologique avec le souhait de travailler sur le son et l’image comme matériau de travail. Et le paysage se prête bien à ces questions-là : Comment travailler sur le rapport entre image et paysage ? Comment penser le son en dehors de l'image? Peut-on associer ou dissocier son et image ?

• Le contexte : la richesse du désert des Bardenas
Ce projet N’Border permet d’aborder la question du paysage dans un lieu emblématique, ayant acquis une notoriété certaine. Il peut permettre de s’intéresser aux processus d’appropriation des lieux par l’expérience du paysage, au-delà du regard (écouter, marcher, …)
Une extrême variété d’images et de sons s’offrent à chacun de nous au travers des usages agricoles, pastoraux, forestiers, militaires, touristiques, spirituels,…. que l’on côtoie dans cet espace miniature. Par la diversité des usages et des formes de paysages, ce désert se présente comme une mosaïque de lieux et un patchwork d’expériences paysagères qui s’offre à chacun d’entre nous selon les temporalités journalières ou saisonnières au gré de nos déambulations.

• Démarche et forme de l’atelier : une expérience à construire
L’atelier pourrait être conçu comme une expérience de collecte de sons et d’images dans l’objectif de réaliser une carte postale sonore du désert.
En immersion, chaque étudiant va collecter un certain nombre d’images et des sons, en les géolocalisant, pour exprimer son expérience personnelle au travers d’un itinéraire dans le désert (faire sa traversée du désert). Cette collecte d’information personnelle est donc liée à la subjectivité de chacun.
L’étape suivante consisterait à mettre en commun ces expériences individuelles, à les partager afin de passer de la perception individuelle à des représentations collectives. Une carte géolocalisées des « émotions » pourrait alors être dressée.
La dernière étape, phase de restitution, nécessite d’imaginer une mise en forme collective (regroupant tous les itinéraires individuels), notamment par le soutien technique d’outils multi-média pour aboutir à une création artistique qui reflèterait cette expérience paysagère du désert. Cette production d’« images intimes du désert » peut alors prendre diverses formes selon le support multi média choisi.
Cette démarche peut aussi être support à une expérience sur le long terme qui pourrait accompagner le projet d’école du paysage pour les jeunes porté par la mairie de Pampelune et la junte locale ( ??? Cf dernière réunion) : une « boîte à images et à sons » alimentée par chaque personnes qui se livrerait à l’expérience. Elle accompagnerait ainsi ce projet de sensibilisation au paysage et d’éducation du regard au monde qui nous entoure et peut faire l’objet d’une recherche scientifique et artistique.
A réfléchir ……………
Si quelqu’un est intéressé par ce projet, merci de me contacter par mail à l’adresse suivante :
helene.douence@univ-pau.fr
helene.douence@univ-pau.fr