PROJET NBORDER
ATELIERS / PARTICIPANTS
WORKSHOP
RESTITUTION DU WORKSHOP
CARTES ACTIVES
DOCUMENTS / RESSOURCES
HOME
ATELIERS / PARTICIPANTS
SCIENCE
Bruno CHARLIER
À LA DÉCOUVERTE DES PAYSAGES CÉLESTES NOCTURNES DES BARDENAS

Bruno Charlier
Géographe
Laboratoire SER UMR CNRS-UPPA 5603
Nicolas Bourgeois > Etudiant - Master Géographie-Aménagement


Présentation des participants :

Depuis 2009, Bruno Charlier (Maître de Conférences en géographie à l’UPPA) et Bourgeois Nicolas (étudiant de M2 recherche géographie à l’UPPA) travaillent sur les programmes de protection du ciel étoilé portés par l’association américaine IDA (International Dark Sky Association) et l’UNESCO dans le cadre du programme « Starlight reserves and world heritage » lancé en 2007.
Ces travaux les ont amenés à nouer des liens avec des acteurs de la protection du ciel et à rejoindre l’association PIRENE, chargée de mettre en place la première Réserve Internationale de Ciel Etoilé autour de l’observatoire du Pic du Midi de Bigorre. Depuis 2010, ils ont également initié un projet de Parc Astronomique Urbain (P.A.U) dans la ville de Pau. Le but étant d’engager des opérations de conversion des éclairages afin de retrouver un accès aux étoiles dans la zone protégée du P.A.U. Associations et publics pourraient alors profiter d’une enclave de ciel sombre et ainsi, faire l’expérience de la voûte étoilée en plein espace urbain.
A terme, leurs ambitions, seraient de participer à l’émergence d’un réseau de protection du ciel dans le sud-ouest, fédérant les initiatives du local au régional. Une alternative pour assoir le statut patrimonial du ciel et en faire une ressource pour les territoires. Et un espoir en toile de fond : tenter de réactiver le rapport homme/milieu en permettant aux sociétés de retrouver l’accès à une nature dont elles se sont privées : la voûte céleste.
Leur participation au NBorder est directement liée à ces préoccupations. Elle s’articulera autour de deux propositions issues de deux constats. Le premier, la pollution lumineuse est un phénomène connaissant une croissance exponentielle. L’Europe est l’espace mondial le plus touché par le phénomène. Actuellement, 99 % du ciel européen est affecté par la lumière artificielle. Le deuxième constat est la diminution de l’accès aux étoiles et par conséquent de l’expérience du ciel nocturne par l’homme. Un geste simple, celui de lever les yeux vers le ciel, est perçu aujourd’hui comme un acte insolite, exotique et rare…



Le projet décrit par les participants :

« Le paysage c’est l’endroit où la terre et le ciel se touchent » nous dit Michel Corajoud. Ainsi, pour appréhender de façon holiste l’espace désertique du Bardenas Reales, il est essentiel de ne pas omettre sa dimension céleste. La lumière artificielle, symbole d’une main mise de l’homme sur son milieu, voit ses sources contenues à l’extérieur du désert. Plusieurs séjours sur site, nous ont permis d’apprécier une relative pureté du ciel et des paysages célestes remarquables : les cheminées de fée de la Piskera ou de la Castildetierra se détachant devant une nuée d’étoiles, l’ombre portée par la Lune du Castillo del Penaflor, sont des images parmi tant d’autres, constituant l’identité nocturne du désert. C’est une partie de cette identité que nous voulons aborder dans notre première approche. Il s’agirait de saisir ce trou noir du Bardenas, visualiser le désert dans le ciel. Nous disposons pour cela, d’une méthode et d’outils permettant d’estimer la qualité de la voûte céleste. Nous organiserons et appliquerons une campagne de mesures sur l’espace du Bardenas afin de modéliser cette zone d’ombre dans laquelle se déroule le workshop. Cette modélisation sera rendue sous forme de cartes qui viendront ajouter une nouvelle dimension à l’iconographie du site.

La deuxième approche, plus métaphysique, vise l’expérience du ciel. Vivre le désert, s’immerger deux semaines durant créera irrémédiablement un contact. Une interaction avec un espace non aseptisé, une position forcément frontale, où les individus feront face à un milieu exigeant. Un milieu sollicitant leurs facultés d’adaptation, tout en stimulant la vision de la place qu’ils y occupent : être sur et avec le monde. Etre dans le Bardenas…une manière de redimensionner sa position d’homme. C’est dans cette idée que nous proposerons des randonnées sous les étoiles. Nous profiterons d’un ciel relativement épargné par les halos des villes pour amener les participants à lever les yeux au ciel. Et c’est bien d’une élévation de la vision, dans tous les sens du terme, dont il sera question. Nous les guiderons sous les étoiles, orientant leur regard sur les merveilles des paysages célestes. Nous leur apprendrons à reconnaître et utiliser les constellations pour se diriger la nuit, lorsque les repères terrestres ne sont plus que des ombres. Une expérience du monde, tel qu’il est à l’extérieur de l’espace urbain. Une tentative pour retrouver notre capacité à être en interaction avec un milieu repoussé au loin. Vivre l’ailleurs afin de repenser notre place dans l’ici.


Propositions d'intervention :

1. Campagne de mesure de la transparence du ciel nocturne des Bardenas croisant les résultats obtenus en utilisant un Sky Quality Meter et une méthode visuelle de comptage des étoiles dans la constellation d'Orion (méthode permettant de déterminer empiriquement la magnitude visuelle apparente).

2. Réalisation de photographies des paysages nocturnes (filés d'étoiles, grand champ, all sky), astrophotographies (en étroite collaboration avec les photographes de l'équipe N Border)

3. Randonnée nocturne à la découverte (visuelle et sonore ? cf. intervention d'Hélène Douence) des paysages célestes nocturnes des Bardenas

4. Recueil de discours sur les étoiles. Les participants à N border sont invités à parler du ciel étoilé au gré de leur inspiration....et de leurs émotions !
BIOGRAPHIE
Nicolas Bourgeois
Depuis 2009, Bruno Charlier et Nicolas Bourgeois travaillent sur les programmes de protection du ciel étoilé portés par l'association américaine IDA
(International Dark sky Association) et l'UNESCO (programme « Starlight reserves and world heritage » lancé en 2007).
Ces travaux les ont amené à nouer des liens étroits avec l'association PIRENE qui projette la création d'une réserve internationale de ciel étoilé autour de l'observatoire du Pic du Midi de Bigorre situé dans le département des Hautes-Pyrénées. En juillet 2010, Bruno Charlier a réalisé un atlas du projet destiné aux différents partenaires de
l'opération. Bruno Charlier et Nicolas Bourgeois travaillent actuellement sur un projet d'Urban Star Park (parc astronomique urbain) selon un concept et un cahier des charges définis par la Royal Astronomical Society of Canada et récemment repris par l'UNESCO. Ils en étudient les possibilités d'implantation dans la ville de Pau.

C'est dans le cadre de ces travaux qu'ils proposent d'intervenir dans le workshop N Border en proposant une intervention autour de la découverte des paysages célestes nocturnes des Bardenas. Ce désert est surtout connu pour ses paysages diurnes, peu pour ces paysages nocturnes. Or, les espaces désertiques sont des espaces encore préservés des différentes sources de pollution lumineuse dont l'éclairage artificiel. La transparence du ciel nocturne permet d'y recouvrer ce lien visuel et millénaire avec la lumière des étoiles, lien quasi-totalement rompu dans nos sociétés urbaines. Les Bardenas peuvent donc sans aucun doute constituer le terrain d'une expérience
paysagère nocturne propre aux espaces désertiques.
bruno.charlier@univ-pau.fr
téléchargez : Organisation de l’atelier N’Border.doc
PAYSAGES CÉLESTES >