Restitution du workshop
home
NBORDER AU BEL ORDINAIRE
EXPOSITIONS
EXPOSITION
édition
PROJET NBORDER
WORKSHOP
ATELIERS / PARTICIPANTS
DOCUMENTS / RESSOURCES
CARTES ACTIVES
Du ciel étoilé,
aux paysages célestes des Bardenas

célestes nocturnes des Bardenas
>>>>
RETOUR AU
PLAN DE L'EXPOSITION


Intervenants : Bruno CHARLIER, géographe, laboratoire SET UMR CNRS-UPPA
5603
Nicolas BOURGEOIS, étudiant en Master Géographie-Aménagement, UPPA
Projection au mur, en boucle, de la succession des jours et des nuits dans les Bardenas sur le site de Castildetierra
(temps accéléré : 1 minute = 1 heure)
Logiciel utilisé : Stellarium v.0.10.6.1 (Open Source)
Panorama 360° : photographies de Nicolas Bourgeois (avril 2011)
Conception et réalisation : Bruno Charlier, Nicolas Bourgeois (avril 2011)
« Le paysage c’est l’endroit où la terre et le ciel se touchent » nous dit Michel Corajoud.
Ainsi, pour appréhender l’espace désertique des Bardenas Reales, il est essentiel de ne pas
omettre sa dimension céleste. La lumière artificielle, symbole d’une main mise de l’homme sur
son milieu, voit ses sources contenues à l’extérieur du désert. Plusieurs séjours sur site, nous
ont permis d’apprécier une relative pureté du ciel et des paysages célestes remarquables : les
cheminées de fée de la Pisquerra ou du Castildetierra se détachant devant une nuée d’étoiles,
l’ombre portée par la Lune sur le Castillo del Penaflor, sont des images parmi tant d’autres,
constituant l’identité nocturne du désert. C’est une partie de cette identité que nous avons
abordé dans notre approche. Il s’agit de saisir ce trou noir des Bardenas, visualiser le désert
dans le ciel. »


Logiciel utilisé : Stellarium v.0.10.6.1 (Open Source)
Panorama 360° : photographies de Nicolas Bourgeois (avril 2011)

Conception et réalisation : Bruno Charlier, Nicolas Bourgeois (avril 2011)

« Le paysage c’est l’endroit où la terre et le ciel se touchent » nous dit Michel Corajoud. Ainsi, pour appréhender l’espace désertique des Bardenas Reales, il est essentiel de ne pas omettre sa dimension céleste. La lumière artificielle, symbole d’une main mise de l’homme sur son milieu, voit ses sources contenues à l’extérieur du désert. Plusieurs séjours sur site, nous ont permis d’apprécier une relative pureté du ciel et des paysages célestes remarquables : les cheminées de fée de la Pisquerra ou du Castildetierra se détachant devant une nuée d’étoiles, l’ombre portée par la Lune sur le Castillo del Penaflor, sont des images parmi tant d’autres, constituant l’identité nocturne du désert. C’est une partie de cette identité que nous avons abordé dans notre approche. Il s’agit de saisir ce trou noir des Bardenas, visualiser le désert dans le ciel. »