Restitution du workshop
home
NBORDER AU BEL ORDINAIRE
EXPOSITIONS
EXPOSITION
édition
PROJET NBORDER
WORKSHOP
ATELIERS / PARTICIPANTS
DOCUMENTS / RESSOURCES
CARTES ACTIVES
Faire l'architecture dans ce cas est un péché
>>>>
RETOUR AU
PLAN DE L'EXPOSITION
Faire l’architecture dans ce cas est un péché
Le simple fait de proposer une forme architecturale dans le désert des Bardenas est un problème, voire un péché. Ce que nous montrons donc ici est une série de réflexions,
d'improvisations, à partir de dispositifs architecturaux créatifs implantés dans le désert des Bardenas. Tout projet architectural étant imparfait, ouvert et non-exhaustif, les propositions présentées dans l'atelier le sont tout autant : aussi diverses que variées. Durant ce workshop, tous ont défendu leurs projets et leurs ressentis quant au désert.
Le campement de tir de la caserne militaire étant la seule frontière existante dans les Bardenas, nous avons décidé de voir le problème différemment et de considérer cet espace comme vierge. Nous proposons donc ici une nouvelle vision du lieu.
Quelle vision ?
La réponse n’est pas claire puisque divers points de vus étaient confrontés dans l'atelier, des intentions dites « sensibles » , aux autres plus « architecturales ». La partie architecturale du projet visait à créer une ville hypothétique, imaginée dans le désert, s'installant sur le même lieu que la caserne militaire, une concentration architecturale à divers usages. La tour 1 est dédiée à l’astronomie et la géographie, la tour 2 à la recherche environnemental, le bâtiment « chaotique » est un centre artistique, juste en face se trouve le musée, et dans un trou le Centre d'Informations des Bardenas. Les arbres sont dédiés à la réflexion, à la contemplation, il s'agit de miradors. L’habitation proposée est faite à partir de l'association d'éléments similaires, avec une représentation collective d’une ville verticale dédiée aux artistes et scientifiques. Le reste de l’intervention est timide, il s’agit de trous, d' actions sur les montagnes qui sont proches de l’architecture troglodyte. L'idée est d' installer des abris, comme des cellules
privatisées, où se mêlent la dureté de la pierre et la pureté de l'intérieur. Dans le Campement de Tir, nous avons aménagé les coins avec des plateformes et récupéré la piste de l’aéroport pour y faire des concerts.
Des parcours transversaux sont proposés en s’appuyant sur de petites passerelles naturelles composées par les strates existantes sur les falaises, abris et sundecks (plateforme en bois qui permet de profiter du soleil), pour découvrir d'autres points de vue. Quand on regarde les derniers dessins, on a l’impression d’avoir trouvé des clés au niveau du paysage, c'est-à-dire que la manière d’intervenir se veut similaire à celle du caméléon. Les rugosités du désert, l’effet de l’eau sont des aspects présents dans l’architecture proposée.
Le but final de notre travail a été de se montrer créatif afin de développer ce paysage, artificiel car résultant de l'intervention humaine. Il s’agit d’un nouveau paysage au niveau architectural.
Intervenant :
Patrice CHAMINADE,
professeur de graphisme à l'ÉSA des Pyrénées

Etudiants:
ESA des Pyrénées - site de Pau :
Justine Ducros, Elise Duverdier, Maeva Exposito, Lucie Lafitte,
Marie Lafourcade, Chloë Serieys,

Escuela de Arte y Superior de Diseño de La Rioja de Logroño (Espagne) :
Francisco Angulo, Tatiana Herreda, Juan Miguel-Porres
Intervenant : Jesus TORRES, architecte

Etudiants : ESA des Pyrénées - site de Pau :
François-Noé Fabre, William Giona.

Ecole d'architecture de Grenade :
José Manuel Ortega Garcia, Victor Siglier, Lionel Delatte.

Installation, dessins, photographies, vidéos
- 2 panneaux : dessins encre sur papier : William Giona
- « Régulières irrégularités ». format : 48X48 cm
- 16 panneaux : photographies avec explications des différents projets
- Vidéo : François-Noé Fabre, Lionel Delatte